La transplantation pulmonaire

Lorsqu’un traitement intensif ne suffit plus et que les poumons sont trop gravement atteints, une transplantation pulmonaire est envisageable. Cette opération est susceptible d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de mucoviscidose de manière importante.

Chaque année, une centaine de transplantations pulmonaires sont effectuées en Belgique. Quelque 15% d’entre elles concernent des personnes atteintes de mucoviscidose. 14% des patients atteints de mucoviscidose en Belgique ont subi une transplantation pulmonaire. Le taux de survie après transplantation pulmonaire (après 5 ans, 89% et après 10 ans, 75%) est porteur d’espoir. La fonction pulmonaire et la résistance à l’effort augmentent de manière spectaculaire. Pour le patient, cela signifie une amélioration sensible de la qualité de vie. Après une transplantation pulmonaire, 28% des personnes atteintes de mucoviscidose retournent à l’école ou recommencent à travailler. Les patients ne sont toutefois pas ‘guéris’ pour autant. Même si la mucoviscidose n’ affecte plus les nouveaux poumons, la maladie a toujours des conséquences sur d’autres organes, comme le système digestif. Les nouveaux poumons et les nouveaux traitements supplémentaires peuvent engendrer des questions et des problèmes. Une survie plus longue et une meilleure espérance de vie représentent les deux raisons majeures en faveur d’une transplantation pulmonaire. Une meilleure qualité de vie, moins de restrictions, moins de plaintes pulmonaires et plus d’énergie représentent également des avantages potentiels de l’opération. Par contre, la transplantation entraîne un risque accru d’infection. Les effets secondaires des traitements et des médicaments peuvent aussi exercer un impact important sur le patient.
Une transplantation pulmonaire nécessite la prise de médicaments antirejet à vie et des contrôles médicaux réguliers. À ce titre, la transplantation doit être considérée comme un moyen de prolonger la vie, et non pas comme une solution définitive.

Dernière mise à jour:

Praesent nec efficitur. ut Curabitur quis