1,5 million d’euros pour la recherche belge sur la mucoviscidose

Huit groupes de recherche universitaires recevront un soutien financier du Fonds Alphonse et Jean Forton ainsi que de l’Association Muco pour mener des recherches sur la mucoviscidose. Ils étudieront notamment les processus moléculaires qui sous-tendent cette maladie rare et la manière dont les complications graves que les patients connaissent se développent et/ou peuvent être traitées. Une attention particulière sera accordée à l’impact des nouveaux modulateurs CFTR, ainsi qu’aux innovations futures telles que la phagothérapie et les thérapies génétiques. Le Fonds Forton, géré par la Fondation Roi Baudouin, et l’Association Muco y consacrent conjointement 1,5 million d’euros.

Au cours des deux dernières décennies, les groupes de recherche de notre pays ont acquis une bonne réputation dans la recherche des causes (génétiques) de la muco, de l’évolution de la maladie et des traitements possibles. Progressivement, des groupes de chercheurs spécialisés ont vu le jour, une évolution dont le Fonds Forton et l’Association Muco se félicitent. Certains des projets sélectionnés s’inscrivent donc dans la continuité d’études que nous avons déjà eu le privilège de soutenir. Cette année, nous avons également pu recevoir des propositions de recherche de nouveaux talents auxquels nous aimerions donner un coup de pouce pour qu’ils poursuivent leur carrière.

Les huit projets ont été sélectionnés par un jury composé d’un représentant de chacun des sept centres de référence en mucoviscidose belges, assisté d’experts internationaux et de personnes atteintes de muco et de parents. Les projets témoignent de la richesse de l’expertise de notre pays en matière de recherche sur les différents aspects de la mucoviscidose. Deux études portent sur le comportement des bactéries dans les poumons des personnes atteintes de muco et tenteront d’identifier de nouveaux moyens de les contrer. D’autres projets se concentrent sur la mise au point de thérapies innovantes afin d’optimiser l’action des modulateurs CFTR ou de développer un traitement pour les personnes qui ne peuvent pas bénéficier de modulateurs. Deux projets visent à étudier en détail les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose, depuis les cils vibratiles jusqu’au rétrécissement et à l’obstruction des voies respiratoires qui conduisent finalement à la détérioration des poumons. D’autres projets se concentrent sur les modifications du système immunitaire chez les personnes atteintes de muco et sur les modifications de l’endomètre, la couche de tissu de l’utérus où l’ovule fécondé se nichera et se développera initialement, et sur la question de savoir si ces modifications jouent un rôle dans la réduction de la fertilité chez de nombreuses femmes atteintes de mucoviscidose.

Une brève description de chaque projet est disponible ici.