Témoignage : Hyacien a contracté le Corona

Un virus qui touche les poumons. Quand on a la mucoviscidose, on préfère ne pas tomber dessus et on fait un grand détour. Hyacien Zijlmans a essayé, mais le corona l’a rattrapée. ‘Il m’a fallu un mois et demi pour reprendre le dessus.’

‘Quand les premiers rapports sur le corona ont fait surface, je n’avais pas encore pris conscience de sa gravité. Tout le monde pensait qu’il y avait peu de chance que ça lui tombe dessus. Mais moi je n’étais pas rassurée. Un virus qui touche les poumons, c’est ce qu’on veut à tout prix éviter quand on a la mucoviscidose.’

 

Quand avez-vous tiré la sonnette d’alarme ?

‘Quelques jours avant le confinement, le centre muco m’a conseillée de rester à la maison. Mais mon ami avec qui j’habite devait continuer à travailler. Et même lorsqu’il est rentré un soir en toussant, son médecin n’a pas trouvé utile de le garder à la maison. Nous avons alors décidé nous-mêmes de prendre toutes les mesures de distanciation. Mais il était trop tard. Cinq jours plus tard, je me réveillais avec de la fièvre et un solide mal de tête.’

 

Avez-vous tout de suite su qu’il s’agissait du corona ?

‘J’ai encore attendu un jour avant de me rendre chez le médecin. Mais mon ami a insisté pour que je me fasse tester. Avec le corona comme verdict, on pense tout de suite au pire. Les premiers jours, j’ai été très malade. Douleurs musculaires et frissons, mais étrangement, pas de détresse respiratoire ni de forte toux. Je n’ai perdu ni l’odorat ni le goût, mais je ne parvenais plus à manger ni à boire. Mon ami m’a obligée à continuer à m’alimenter. Et grâce à lui, je n’ai pas perdu courage.’

 

Avez-vous fini à l’hôpital ?

‘Non. Heureusement, j’ai pu me soigner à la maison. Après deux jours, je n’avais plus de fièvre. Les symptômes ont continué une semaine ou deux. Ensuite, restait uniquement la fatigue. Les médecins m’avaient bien dit de prendre contact avec eux le plus rapidement possible en cas de détresse respiratoire. Mais ça n’est pas arrivé. Apparemment, les personnes réagissent de manière très différente au corona. Chez moi, le virus s’est surtout attaqué aux intestins. J’ai eu plus de problèmes digestifs que de problèmes de toux. J’ai quand même dû prendre des antibiotiques, parce que j’avais du mucus vert.’

 

À quel moment avez-vous su que vous alliez vous en remettre ?

‘En tout, ça a bien duré un mois et demi avant que je reprenne le dessus. C’est surtout la fatigue qui a duré longtemps. Petit à petit, j’ai pu refaire un peu d’exercice. Du vélo surtout, pour entraîner mes muscles, parce que je me sentais faible. Mais finalement, je m’en suis bien remise. Cela aurait pu se passer beaucoup plus mal. Quand j’ai appelé ma mère pour lui donner les résultats du test, elle a pensé que j’étais fichue. Ce genre de choses vous passent évidemment par la tête.’

 

Comment a réagi votre ami ?

‘Il a finalement pu rester à la maison, avec une attestation du médecin. Nous ne pouvions pas nous toucher. Il dormait dans le fauteuil, et moi dans le lit. Nous devions utiliser des essuies et des couverts différents. Comme nous ne pouvions pas sortir, nos parents se sont relayés pour faire les courses. Tout s’est finalement bien passé.’

 

Le virus a-t-il eu des conséquences sur vos études ?

‘Je suis des études d’assistante sociale à Courtrai. J’ai immédiatement prévenu mon école. J’ai été « out » pendant un petit moment, mais grâce à mes professeurs, j’ai facilement pu déplacer les échéances des devoirs et des travaux. Entretemps, j’ai déjà passé une série d’examens, et tout s’est bien déroulé. Je suis heureuse d’avoir pu compter sur autant de compréhension. Plus tôt dans l’année, j’avais fait un stage. Ces gens m’ont même envoyé une petite carte.’

 

Êtes-vous encore plus prudente aujourd’hui ?

‘J’ai toujours été prudente. J’ai été éduquée comme ça. J’ai l’habitude de toujours me laver les mains. De garder mes distances quand quelqu’un est malade. Dans ce sens, j’espère que le corona a servi à quelque chose. Que les gens feront tous un petit pas en arrière lorsqu’ils se sentent malades.’

 

Comment allez-vous aujourd’hui ?

‘En fait, je vais très bien. Je peux à nouveau faire du sport et la fatigue s’est envolée. J’espère pouvoir encore un peu profiter de l’été. Nous devions normalement participer à un petit festival, mais il est hélas annulé. Tous mes espoirs se tournent à présent vers la fin août. Je devrais partir avec un groupe d’amis en Turquie. Touchons du bois.’

mattis ut adipiscing Donec felis elit. tristique